Développement touristique des activités physiques de nature

La contribution des sports et activités de nature à l’économie touristique n’est pas nouvelle. Ce qui est inédit en revanche, c’est le regroupement des différents acteurs pour organiser cette filière, qui se trouve au carrefour du sport, du tourisme et de l’écologie. La prise de conscience de la nécessité d’une gestion durable des activités a conduit les différents intervenants à se concerter pour constituer une offre cohérente et la promouvoir.

Aujourd’hui, 30 millions de Français déclarent pratiquer au moins une activité sportive de nature. Autrement dit, l’objectif de développement quantitatif des pratiques est globalement atteint. Le nouvel enjeu réside dans leur développement qualitatif, ce qui impose une vraie professionnalisation.

Quelques exemples de développement des activités physiques de nature

En France, il y a de fortes inégalités entre les territoires en matière de développement des activités sportives de nature et de structuration de l’offre. Alors que l’Ardèche voit sa rivière souffrir de surfréquentation, le Limousin élabore son premier plan de développement des loisirs. A cet égard, la diffusion des flux vers les espaces moins fréquentés apparaît comme une réponse au développement qualitatif du tourisme sportif de nature.

L’expérience du développement des activités nautiques en Bretagne est présentée par B. SOANT.

Entre 1950 et 1970, on a vu émerger trois formes de pratiques nautiques différentes :

– La pratique touristique,

– La pratique éducative,

– La pratique sportive.

Cette triple demande créait les conditions d’une permanence de l’emploi, ouvrant la voie à la professionnalisation de la filière, et donc à la qualité des prestations, notamment touristiques et au développement des activités nautiques.

Outre la professionnalisation de la filière, le développement des activités nautiques a dû remplir deux autres conditions : fédérer progressivement, autour d’un même projet, tous les acteurs de la filière ou du secteur d’activité ; convaincre les collectivités territoriales et locales d’être les investisseurs du développement de l’activité nautique en Bretagne. Le projet en question visait à encourager les Bretons à la pratique des sports et activités nautiques, et de faire des activités nautiques un élément moteur du développement touristique de la filière. Pour mettre en oeuvre ce projet, les acteurs se sont regroupés en association à des niveaux départemental et régional.